Quelle dynamique, quelles innovations pour les élections régionales de 2010 ?

Texte diffusé le 14 septembre à retrouver ici en .pdf ou ci-dessous...

Il serait à mon avis inefficace d’opposer le moment des luttes et celui des élections. Dans la diversité des outils dont nous voulons nous doter pour rompre avec la situation actuelle et imposer des ruptures porteuses de transformation sociale, il est urgent de les articuler. C’est ce que nous disions en 2003 dans la campagne de la liste Gauche Populaire et Citoyenne : « de la rue aux urnes, des urnes à la rue ». Nul ne peut penser aujourd’hui que l’absence de perspective crédible de forces pour porter majoritairement dans les institutions, qu’il s’agisse du Parlement ou des diverses collectivités, pèse sur le niveau des mobilisations. « Pourquoi veux-tu que je me mette en grève illimitée à la Poste puisque je suis presque sûre que le PS ferait à peu près la même politique » ?

Il y a donc urgence de faire enfin surgir ensemble des forces qui veulent imposer des ruptures, et qui ont conscience qu’elles ne le réussiront que dans une articulation différente avec l’ensemble des forces sociales.

La campagne pour le non de gauche a montré que c’était non seulement possible, mais efficace. Le processus qui aurait pu conduire à une candidature unique à l’élection présidentielle de 2007 n’a pas pu aller à son terme. Les élections régionales, de’ par le mode de scrutin proportionnel à 2 tours, ne pose pas ce problème de choix.

Les militants syndicaux savent par expérience que sans un bon rapport de forces il n’y a guère de négociation correcte … C’est vrai dans le champ politique bien sûr ! Le score des listes Europe Ecologie, malgré le taux d’abstentions considérable, en particulier dans les quartiers populaires, a fait entendre la préoccupation et l’exigence de la population d’une autre prise en compte des enjeux environnementaux.

C’est pour toutes ces raisons qu’il est urgent que les forces à la gauche du parti socialiste de regroupent et présentent des listes ensemble aux élections régionales : - pour conduire une campagne dynamique, imaginative, citoyenne qui augurera bien des propositions, du programme et du rapport de forces nécessaire après les élections - pour mesurer tout ce qui rassemble et s’emparer dans de larges débats de tout ce qui fait problème mais n’empêche pas d’avancer - pour donner envie de voter au 2° tour pour faire barrage à la droite et à ses projets de holdup up sur les collectivités au service d’intérêts privés - pour offrir un cadre durable sur lequel des élu-e-s pourront s’appuyer tout au long du mandat, cadre qui les ré interpellera aussi.

La crise politique que nous connaissons est plus une crise de l’offre que de la demande , une crise qui traduit l’exigence d’autres réponses .

Pour toutes ces raisons en particulier en Ile de France, la proposition de Patrick Braouezec de conduire une telle liste avec un Front de gauche élargi, enrichi à d’autres types de militant-e-s est une voie à explorer rapidement .

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet