Communiqué de presse

Le STIF votera son budget modificatif dans les prochaines semaines

Les priorités du groupe CACR : gratuité pour les titulaires de l’API, de l’ASS et de l’AAH, développement de l’offre dans les quartiers politique de la ville, et investissements pour la banlieue

Des choix budgétaires majeurs vont être décidés dans les prochaines semaines au STIF. Les marges budgétaires sont conséquentes, de l’ordre de 100 millions d’€ en année pleine. Les élus du groupe CACR proposent que le CA du STIF oriente ses débats vers deux priorités : le droit à la mobilité pour tous et le développement de l’offre et des investissements sur les grands axes de transport public en banlieue.

 

 

Pour le droit à la mobilité pour tous, il est urgent d’accorder la gratuité des transports aux plus démunis qui ne bénéficient pas encore des mêmes droits que les Rmistes : les titulaires de l’API (Allocation Parent Isolé) de l’ASS (Association Spécifique de Solidarité) et de l’AAH (Allocation Adultes Handicapés). Ce ne serait que justice pour ces parents isolés (massivement des femmes) à très bas revenus, ces chômeurs en fin de droits et les plus démunis des personnes handicapées. Il faut aussi mettre l’accent de façon prioritaire, sur  le développement de l’offre de bus (30 millions d’€) dans les quartiers politique de la ville. La l’offre est souvent la plus faible bien que, les habitants soient très nombreux et totalement dépendants du transport public.

 

  

Il faut également engager un plan ambitieux d’investissement et d’augmentation de l’offre sur les grands axes de transport en banlieue, de plus en plus saturés. Pour les élus du groupe CACR, le réseau mobilien plus (un bus au moins toutes les 5 minutes de 7h à 21h, au moins toutes les 15 minutes en soirée) doit être déployé aussi au-delà du périphérique. Paris en profite avec le 91 et le 96, la banlieue doit en bénéficier aussi, avec en priorité des lignes structurantes comme le Trans-Val-de-Marne, le bus 183, le bus 170 ou toute autre ligne dont le renfort d’offre serait indispensable.

 

 

De même, dans la perspective du grand emprunt à lancer par le STIF, il faut dès maintenant consacrer plus de moyens aux investissements : pour le matériel roulant (pour les RER et la ligne 14 de métro), pour la rénovation des infrastructures, mais aussi pour relancer les financements de projets sur des axes ou pôles structurants de banlieue (tramways, TCSP, rénovations de gares majeures en Ile-de-France).

 

 

Pour Gabriel Massou, président du groupe CACR : « nous avons les moyens d’avancer, une fois de plus, pour le droit à la mobilité, pour le développement de l’offre et pour les investissements. Nous devons concrétiser cette ambition qui est la notre et celle du STIF. » 

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet