Séance du Conseil régional des 17 et 18 avril 2008

Plan de déplacement urbain

CR 03-08 Plan de déplacements urbains : financement de la part de l’Etat pour les opérations validées au 31 décembre 2006, nouvelles clés de financement à partir du 1er janvier 2007.

Monsieur le Président, Monsieur le Vice-Président,

Notre groupe va bien sûr approuver ce rapport qui fait suite à une décision de même nature prise dans le cadre du STIF, et très largement votée au CA du STIF.

Il y a urgence à relancer la démarche des comités d’axes et de pôles, et donc à voter ce rapport.

Mais évidemment, nous ne pouvons que souligner les responsabilités de l’Etat, qui par son refus d’assurer sa part de financement du dernier contrat de plan, a lamentablement bloqué toute une série de projets, détaillée en page 13 du rapport.

Nous ne pouvons que souligner les responsabilités de l’Etat, qui s’est refusé à s’impliquer dans le cadre du contrat de projet 2007-2013. Une décision de plus contre les transports publics, à l’inverse des discours proférés dans le cadre du Grenelle de l’environnement. Mais abordons également l’évolution de ce dispositif. Nous sommes entrés dans le cadre d’une réforme du PDU. Et il nous faudra à notre sens réfléchir rapidement à une extension du nombre de lignes et de pôles PDU.

Je pense en premier lieu aux lignes desservant les quartiers politique de la ville, aux lignes reliant Paris et la banlieue : ces axes majeurs pour la desserte des populations les plus défavorisées, pour le lien Paris-banlieue ont été trop peu pris en compte, et il faut remédier à cela dans les plus brefs délais.

Pour ce qui est des pôles, je souhaiterais attirer l’attention de notre assemblée sur un problème grave. Le contrat de projets 2007-2013 n’a repris que trois pôles déjà présents dans le précédent contrats, Pompadour, Evangile et Nanterre-Université, mais avec des niveaux de financement très insuffisants. Le pôle de Juvisy n’a même pas été intégré.

Il y a un problème lourd de rénovation des infrastructures. Il y a un problème lourd de manque d’investissements dans de nouvelles infrastructures comme Arc express. Mais il y a aussi un problème lourd de saturation des pôles de transport existants, et d’absence de création de nouveaux pôles. Et les besoins de financements pour ces pôles structurants n’ont rien à voir avec ceux prévus dans le cadre du rapport qui nous est proposé. Pour Pompadour, Evangile, Nanterre-université, Juvisy, Saint-Denis ou Noisy-le-sec, le besoin de financement atteint 30 à 100 millions d’€ par pôle. Et il y a urgence.

D’où mes deux questions, monsieur le président : pourrons-nous intégrer à court terme de nouveaux axes dans les axes PDU ? Et dans quel cadre allons-nous pouvoir financer ces projets majeurs de pôles, avec des volumes de financement unitaires de plusieurs dizaines de millions d’€ ?

Je vous remercie. Intervention en séance du vendredi 18 avril 2008

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet